Puerto Natales … son port de pêche

00-1220.jpg

01-1198.jpg

02-1305.jpg

03-1394.jpg

04-1426.jpg

Ce contenu a été publié dans Chili, PHOTOS. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Puerto Natales … son port de pêche

  1. viviane dit :

    Il est toujours intéressant d’avoir un avis détaché de toute emprunte médiatique, particulièrement sur cette ville citée comme la plus laide du monde : lire courrier international du 24 mai…les réflexions de la cinéaste iranienne… Rakhsan Bani-Etemad.
    «……..Au cours des vingt dernières années, je l’ai vue trois fois depuis un hélicoptère et franchement, vu du ciel, difficile de trouver plus vilain.
    C’est une ville qui broie implacablement sa propre mémoire (l’agglomération compte plus de 12,5 millions d’habitants)…»

    Certainement le magnétisme dont tu parles la pousse à y vivre …elle avoue elle même que : « c’est aussi ce qui fait de Téhéran une ville unique ».

    Et cet autre article !!!!
    Contre les embouteillages, des hélicos
    Entre Téhéran et sa banlieue, le trafic est innommable.
    La solution ?
    Des hélicoptères taxis.
    Un entrepreneur iranien, Abou Alfezal, mettra en place dès la fin août une ligne régulière entre la grand-place Azadi et Téhéranpars, dans l’est de la capitale.
    Limitée à cinq hélicos dans un premier temps, cette liaison, mise en place en collaboration avec la mairie de Téhéran, pourrait comprendre jusqu’à 50 engins, rapporte la BBC persane.
    Réservés d’abord aux “invités étrangers et aux hauts fonctionnaires”, ces taxis aériens devraient être accessibles à M. Tout-le-Monde.
    Le prix de la course n’a pas encore été arrêté – et il n’est pas certain que cette flotte mette fin à la circulation chaotique de la capitale, où circulent chaque jour plus de 12 millions de personnes.

    Peut-être aura t-on le plaisir d’en découvrir + dans tes prochains commentaires…
    Bon voyage à toi…

    « Soyez réalistes : exigez l’impossible » Ernesto Guevara
    cette citation était accrochée sur la porte en acier décapé …. avant le départ de marc…

  2. mag dit :

    Salut à tous,

    Je trouve que tu avances bien, Marc..
    Te voilà déjà en Patagonie, au Chili en un peu plus de 3 mois..! et avec pour seuls compagnons: boue, froid et vent..! bravo! comme un véritable gringo, dis-moi!!

    Es-tu dans cette région appelée boucle d’or? Je me souviens des propos d’une de mes potes Anita, qui lors d’un track au Chili, évoquait cette région, avec plein de petites étoiles dans les yeux! car selon elle, c’était un véritable univers de glace! Te trouves- tu là??
    Plus de conifères mais de la toundra, non? et puis comment app t-elle cela? ah, oui!! les « hielos continentales » sortes de monstres de glace qui oscillent entre l’Argentine et le Chili avec des icebergs mortels, des glaciers immenses, lacs d’altitudes, sommets un peu fous, pics et des grandes étendues d’herbes desertiques battues par les vents..Comme dans le film, « Carnets de voyage » de Salles*, vous vous souvenez de ce film?
    C’est l’histoire de 2 potes argentins, qui décident de partir à la découverte de leur pays, sur une norton 500..et dans la pousière de la route ils traversent ainsi toute l’Amérique latine, film intéressant, car il est l’expression parfaite de ce qu’est un voyage, enfin à mon avis.. et son impact sur les hommes -et les femmes- qui le font, que l’on pourrait résumer à cette forme de sagesse qui indique que le but d’un voyage n’est pas dans la distance parcourue, mais dans la transformation et l’ouverture d’esprit qu’il apporte.

    Bon, je ne vais pas trop occuper cet espace « chatche carnet de route » (j’aime pas le mot blog) pour vous faire un grand salut de Téhéran, ville où je me trouve depuis plus d’une semaine.
    Pour ceux, qui ne connaisse pas cette ville, cette région..(en court) Téhéran est une mégapole électrique, très dense et pleine de contradictions, mais c’est une ville magnétique, chaleureuse et très complexe aussi, car belle dichotomie géographique entre les quartiers Nord et Sud.

    Mais aux antipodes de ce que peuvent nous montrer les médias..

    Bien à vous et bonne route à tous

    Magali

    *d’ap le livre de Guevara, voyage à motocyclette

  3. mag dit :

    Salut à tous,

    Je trouve que tu avances bien, Marc..Te voilà déjà en Patagonie, au Chili en un peu plus de 3 mois..avec pour seuls compagnons, boue, froid et vent..! bravo! comme un véritable gringo, dis-moi!!

    Es-tu dans cette région appelée boucle d’or? Je me souviens des propos d’une de mes potes Anita, qui lors d’un track au Chili, évoquait cette région, avec plein de petites étoiles dans les yeux! car selon elle, c’était un véritable univers de glace! Te trouves- tu là??
    Plus de conifères mais de la toundra, non? et puis comment app t-elle cela? ah, oui!! les « hielos continentales » sortes de monstres de glace qui oscillent entre l’Argentine et le Chili avec des icebergs mortels, des glaciers immenses, lacs d’altitudes, sommets, pics, grandes étendues d’herbes desertiques battues par les vents..
    Comme dans le film, « Carnets de voyage » de Salles*, vous vous souvenez de ce film?
    C’est l’histoire de 2 potes argentins, qui décident de partir à la découverte de leur pays, sur une norton 500..et dans la pousière de la route ils traversent ainsi toute l’Amérique latine, film intéressant, car il est l’expression parfaite de ce qu’est un voyage, et ses effets sur les hommes qui le font, que l’on pourrait résumer à cette forme de sagesse répandue qui dit que le but d’un voyage n’est pas dans la distance parcourue, mais dans la transformation et l’ouverture d’esprit qu’il apporte.

    Bon, je ne vais pas trop occuper cet espace « chatche carnet de route » (j’aime pas le mot blog) pour vous faire un grand salut de Téhéran, ville où je me trouve depuis plus d’une semaine.
    Pour ceux, qui ne connaisse pas cette ville, cette région..Téhéran est vraiment une ville magnétique, dense, chaleureuse et très complexe aussi, car belle dichotomie géographique entre les quartiers Nord et Sud.
    Mais aux antipodes de ce que les médias

    *d’ap le livre de Guevara, voyage à motocyclette

  4. mag dit :

    Salut tout le monde,

    Je trouve que Marc avance bien..! non?!
    Avoir dépassé la frontière chilienne en à peine un peu plus de trois mois..en cette période climatique pas fastoche, avec vent et montagnes pour les seuls compagnons!!
    (et d’après ce que je viens de lire : avec perte du sens de l’orientation !!-rires–)

    Non, sincèrement: Bravo !!.. aplauso !

    Est-ce que là où tu te trouves, est cet endroit appelé « la boucle d’or » ? sorte de recoin perdu de la Bolivie, où se cachent les plus belles merveilles de l´Altiplano ? .. lagunes d’altitude, déserts, volcans omniprésents, sans oublier le fabuleux grd lac salé du monde, salar.. qqchose?

    /// /// //// //// ///// //// // //

    Je profite de ce carnet de route, pour vous faire un gd coucou de Téhéran, où je me trouve en ce moment..
    Ville magnétique, chaleureuse, dense mais aussi très complexe car coupée en deux dans sa géographie, avec réelle dichotomie entre quartiers Nord et Sud.

    Pr faire court, au nord, c’est un Téhéran chic, quartier bourgeois, très culturel presque occidental avec des habitants très libérés et pour la jeune génération, vie assez r’r’roll (alcool, teuf et drogue..// il disent « party », ici..pr ex: en 1 coup de tél, et en moins de 10′ la bouteille de whisky de contrebande arrive..) les couples illégitimes se tiennent par la main et les filles portent juste un foulard -qui souvent glisse jusqu’aux épaules-

    Et au sud, c’est un ensemble de quartiers pauvres, parfois misérables, avec un contrôle social qui s’exerce de l’intérieur car appliqué par les habitants, bcp plus conservateurs et plus on descend vers le sud (c’est la cas de le dire, car Téhéran est comme une gde plaine en relief, qui est en pente jusqu’au pied des monts Alborz), plus c’est strict et le foulard de plus en plus serré qui s’efface au profit des tchadors avec pélerinage obligatoire à la mosquée de Jamkaran, à la lisière du désert.

    Mais ces deux régions, ces deux cultures et mode de vie sociétal sont belles à voir et à vivre et sont très éloignées de l’image médiatique que l’on nous sert trop régulièrement et avec force.

    Bonne route à vous tous

    Bien à vous
    Magali

  5. viviane dit :

    Je parcourai ce week-end le très beau livre « c’était ailleurs » d’Hans SILVESTER qu’Arnaud m’a offert pour noël…
    Ce bouquin est magnifique… !!!
    Les reportages sur l’Amérique du sud me touchent particulièrement et me transportent visuellement dans ton quotidien…

    J’aime lorsque tu saisis les visages de ces pêcheurs…que tu te penches sur ces traits marqués…
    «antennistes», «grutiers», … comment dit-on pour les ratracks ???… «pêcheurs» grâce à ta magie, tu sais transmettre la noblesse du monde ouvrier…
    pas de misérabilisme dans ton regard… comme hélas… trop souvent… !!!

    si vous êtes dans le Morbihan cet été…cette expo à l’air prometteuse… !!!

    Présentation de la 4ème édition de  » Patrimoine Terre », à l’invitation du Festival Photo Nature et Paysage

    « La 4e édition du Festival Photo Nature & Paysage aura lieu du 1er juin au 30 septembre 2007 à La Gacilly (Morbihan). Cette année encore, le festival accentue son implication dans les domaines de l’environnement et du développement durable.
    Sa programmation est placée sous le thème de « Patrimoine Terre », décliné en trois axes : État de la planète, révélant les atteintes portées à l’environnement, Peuples & Nature, mettant l’accent sur la préservation et les liens entre les hommes et l’environnement et Vivre autrement, attirant l’attention sur des initiatives positives en matière de développement durable.
    Les plus grands photographes internationaux, tels que Sebastião Salgado, Hans Silvester ou encore Pierre de Vallombreuse, exposeront sur cette thématique forte et engagée.
    Ici, la photographie a non seulement une valeur artistique mais aussi une portée politique et sociale.
    Cent soixante photographies grand format, allant jusqu’à 10,50 m x 3 m, vont avec ses murs et ses maisons devenus cimaises, métamorphoser le village de La Gacilly en une véritable galerie d’art à ciel ouvert.

    Le vendredi 1er juin 2007 à 15 h, le festival sera officiellement ouvert au public. Tout au long du week-end, conférences-débats, projections nocturnes ou encore lectures de portfolios seront au programme pour animer ce vernissage. »

    Contact presse CAPE :
    Marie-Christine de Lavergne
    Tél : +33 1 56 40 50 15
    Fax : +33 1 56 40 50 28
    marie-christine.delavergne@capefrance.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *