Un peu de polémique?

Je vois ces quelques lignes apparaître dans un appel du Monde.fr

Salarié du privé ou du public, gréviste à Clairoix, manifestant à Marseille, bloqué dans les transports à Paris ou non gréviste au Havre, envoyez-nous vos photos des manifestations par e-mail à focus@lemonde.fr, en précisant vos nom et prénom. Une séléction d’images sera publiée par Le Monde.fr

AUTORISATIONS
– Les déposants autorisent l’utilisation de leurs textes et photographies par Le Monde interactif pour une publication sur Le Monde.fr et dans le groupe Dailymotion du Monde.fr.

– Les témoignages seront toujours utilisés avec mention du nom de l’auteur. L’utilisation de ces éléments ne pourra donner lieu à un versement de droits d’auteur ou à une rétribution sous quelque forme que ce soit.

– Le Monde interactif s’engage à prendre le plus grand soin des œuvres confiées dans le cadre de ce service, mais ne pourra en aucun cas être tenu pour responsable des pertes ou dommages occasionnés aux œuvres.

Parallèlement, je vois apparaître sur la page cette petite note :

Abonnez-vous au Monde.fr : 6€ par mois + 30 jours offerts

Ca ne choque personne?
Sans faire de corporatisme forcené,
il y a peut-être matière à réfléchir sur le sujet, non?

Ce contenu a été publié dans Petites notes personnelles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

13 réponses à Un peu de polémique?

  1. Ghislain dit :

    Vous êtes scandalisé par ce type de demandes manifestement contraires au code de la propriété intellectuelle (art. L.131-3) qui mettent en danger le métier de photojournaliste et de photographe-auteur??? Signez la pétition lancé par l’UPC !

    http://petitions.upc.fr/appel.php?petition=1

  2. Flora dit :

    Merci de votre aide !

  3. Dul dit :

    Ou putain pardon j’ai fait un peu long !!!!!!!!!!!!!!

  4. Dul dit :

    Au risque de me faire maltraiter, je trouve intéressant ce genre de témoignage. J’ai apprécié ces derniers jours l’utilisation de la photo comme bloc note, ça m’a permis de me rendre compte beaucoup mieux de l’ambiance qu’il a pu y avoir dans les manifestations du 19 mars (slogans, monde, tension etc.) qu’un petit nombre de photos produites par des photographes pro. Attention je ne parle évidement pas de qualité. La majorité des photos sont médiocres voir pire, la question en fait n’est pas là. Je parle bien de 2 choses différentes.
    Ensuite l’usage, ou l’abus qu’en font les journaux, particulièrement le Monde puisqu’il faut payer pour passer ses photos est pour moi les derniers feux d’une façon de voir, de penser, de fabriquer l’information.
    Internet est une révolution au moins de l’ampleur de la révolution industrielle, mais pour le moment nous gardons nos modes de fonctionnement de l’avant. Je crois d’ailleurs que c’est là la principale explication de la difficulté des médias classiques actuellement (journaux et télé principalement).
    Aujourd’hui on a l’impression que tout est gratuit, mais c’est davantage une sensation qu’une réalité. Il y a un vrai besoin actuellement de réinventer aussi bien la musique, que le cinéma, que la photo, que le livre, que le journalisme.
    Quand parle de gratuité, l’auteur, l’artiste, le créateur à toujours bosser de manière gratuite ou presque. Quand on regarde ce que touche un groupe sur un disque vendu entre 15 et 20 euros, il y a de quoi crier au vol et pourtant cela semble normal.
    Pour revenir au sujet de la photo, je n’ai aucun soucis qu’une personne utilise, affiche mes clichés à partir du moment où elle ne génère pas d’argent avec. Je crois que des licences comme creative commun sont bien plus riches et intéressantes qu’un copyright de base. Je préfère l’idée oui j’ai produit cela, utilisez le, mais si vous gagnez de l’argent avec voyons comment nous nous arrangeons, plutôt que le c’est à moi si ti touche je t’arrache la tête ou alors je te fais cracher ton dentier (j’suis un peu excessif, mais l’idée est là).
    On a aujourd’hui entre les mains un outils du puissance sans mesure qui ouvre aussi des portes intéressantes dans le sens où l’unicité de l’image proposée par la télévision explose en une multitudes de facettes sur Internet. Je crois que le dictat de l’image tel qu’il est colporté par les magazines et la télé est en train d’éclaté. D’ailleurs les modes commencent à naître sur Internet sans aucune influence extérieur.
    Je crois donc qu’au lieu de nous offusquer de méthodes limites, d’un autre age, il est temps que nous nous pausions les vrais questions, comment construire un nouveau mode de « consommation » (il serait plus pertinent de dire d’échange) ou ceux qui se gavent ne sont plus les intermédiaires, mais bien le créateur et le client final. On a l’outil, mais pour le moment nous ne savons pas comment l’utiliser. Quelques part on a le moteur et le carburant, mais pas encore les roues, la carrosserie et le volant
    Le jour où les disques, les films, les photos seront à un prix raisonnable sur le net les gens les achèteront, tout est là. Acheter un livre ou un disque à 10 euros si je sais que les créateur gagne au moins la moitié de cette somme ne me dérange pas. Quand c’est la Fnac qui touche 40% je ressens comme un lourd malaise.
    De plus aujourd’hui tout est commercialisable. Je me souvent quand j’étais jeunot, demander une émission à une télé était possible et ça coûtait le prix de la bande vidéo, aujourd’hui…
    Allez zop inventons notre façon de vivre au lieu de subir celle qu’on nous impose. L’idéal d’internet était l’explosion dans la multitude des données, aujourd’hui on se remet à tout centraliser (google, flickr, youtube etc.), c’est une grave erreur et ça ne devrait durer qu’un temps. Soyons des artisans et non des industriels, laissons aussi de côté notre individualisme forcené, collaborons, construisons etc. Mais à une échelle que nous comprenons.
    Je sais j’suis idéaliste. Mais avec c’te crise qui nous vient sur la tronche et cette révolution qu’est internet, il est temps de nous prendre en main.

  5. Véro dit :

    Tous les photographes amateurs ne sont pas des malades de l’égo heureusement pour les pro.

    Photographe et journaliste sont des professions qui souffrent comme les autres du développement exagéré de l’amateurisme.

    Que dire des amoureux de la cuisine qui ouvrent des restos, des parents qui prétendent mieux faire pour l’enseignement que ne fait l’école, des bricoleurs installés ébénistes, des faux chauffeurs de taxis qui accostent les Japonnais dans les aéroports, des collègues de bureau qui vous donnent des conseils santé à la limite de l’exercice illégal de la médecine. Les exemples sont nombreux. Sujet polémique en effet.

    En Belgique, le métier de photographe est protégé. Il ne peut pas être exercé par une personne qui ne possède pas le diplôme. Si la justice s’en mêle. Qu’en est-il d’offrir la publication pour la photo d’un amateur : pas la moindre idée. Et dans le cas présent, une telle demande n’est-elle pas attaquable ? C’est proposer à des amateurs d’exercer une profession protégée non ?
    Je vois deux réactions seulement, c’est peu.

    Véro

  6. et oui le nom, l’égo, la pseudo notoriété…exister toujours plus fort…plus haut…et alors ???

  7. marc bicker dit :

    Pour l’amour du ciel ne vous laissez pas avoir simplement pour voir votre nom sur le journal. Je ne peux qu’approuver ce que marc bruhat a écrit.

  8. nous voilà arrivé à l’heure de la gratuité globalisé, seuls les fournisseurs d’accès ont le droit de manger du gateau. A nous les miettes quand il en reste, quand les pigeons ne sont pas passés par là. La musique est gratuite, téléchargeable, les films aussi, on voit parfois des livres, des partitions. Donc nous y sommes, l’information, les images doivent être partagées…gratuitement, et remplir les pages web des journaux en lignes. Que dire, je suis photographe depuis une vingtaine d’année, à l’époque on disait aux photographes de préparer leurs retraites en soignant leurs archives….aujourd’hui les sites d’images gratuites ou presque gratuites monopolisent le marché…. personnellement je pense de plus en plus à l’apiculture…sauver les abeilles…amitiés

  9. marc bruhat dit :

    Dans le droit français, la cession totale des droits d’auteurs n’est pas légale.

    Il faudrait au moins spécifier le type de supports et la durée limitée sur lesquels l’auteur souhaite céder ses droits, et ce de manière manuscrite car les e-mail ne prouvent pas que la photo appartient au photographe.
    Ce qui veut dire que si une photo est exploitée par une entreprise commerciale, l’auteur a tout loisir de négocier directement avec l’entreprise ses droits et peu importe ce que décrit l’engagement car il n’a aucune valeur.
    Sinon, c’est le tribunal d’instance et c’est gratuit et vous n’avez même pas besoin d’avocat.

    Ce n’est pas au journal de fixer les droits, on croit rêver!
    Par exemple, prenez une photo de manif au hasard sur internet et envoyez la au journal, et ensuite prévenez le photographe que le site web a utilisé illégalement son image…
    Ca risque de les refroidir!

    Je ne comprends pas les blaireaux qui pensent que c’est légal de ne pas payer un travail: un manifestant manifeste, un photographe de manifestation travaille!

    Faut se réveiller, c’est le printemps!!

    La bise à Marc

  10. Véronique L dit :

    …et bientôt on demandera aux mêmes personnes d’écrire les articles !
    une solution bon marché à l’heure des suppressions d’emplois dans la presse !

  11. Alain D dit :

    Moi qui travaille pour un journal Montréalais très préoccupé par le profit, suis déjà scandalisé par cette pratique qu’ils ont de faire appel aux photos des citoyens témoins de quoi que ce soit qui peut susciter le moindre intérêt. Nous sommes même en conflit de travail avec entre autre ce sujet de griefs. Que le grand et pur journal Le Monde s’abaisse à faire ce genre de journalisme citoyen est navrant. Le journalisme citoyen n’est en fait que du remplissage d’espace, rien de plus. Tout ce qu’il faut se dire c’est que c’est une mode et que ça devrait passer. Les lecteurs vont se lasser de ce genre de photos qui dans la grande majorité des cas sont très mauvaises et réclamer plus de rigueur. Et si ça ne s’avère pas vrai, ben coudon on publiera sur des blogs et on crèvera de faim, stie de cal….

  12. zep dit :

    et sur libé aussi….

    Vous manifestez ? Envoyez-nous vos clichés, nous en publierons une sélection.
    L’adresse: vosimages(at)liberation.fr
    Une seule photo par mail, accompagnée d’une légende précisant le lieu où elle a été prise.
    Merci de respecter le droit à l’image: demandez leur accord aux personnes qui figurent sur le cliché, prévenez-les qu’elles peuvent être publiées sur Liberation.fr

    et pareil…sur nouvel obs…. 20 minutes….. figaro!!

  13. Bocher-Lenoir Nathalie dit :

    Bonjor Marc,

    Je suis d’accord, c’est stupéfiant, renversant et sûrement injuste au regard des professionnels. Mais est-ce illégal? Le phénomène pourra-t-il être endigué autrement qu’en appelant les amateurs à la réflexion? Est-ce même possible?

    Cela oblige les professionnels à se recentrer sur les activités les plus spécialisées, sur les points de vue subjectifs et développés, sur les travaux qui prennent du temps, à contrario des photos prises à la volée.

    Bon courage et bien cordialement. Nathalie BL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *