Colon – ambiance

Colon est à l’Atlantique ce que Panama City est au Pacifique.
Pour ce qui est de la situation géographique.
Là, s’arrête la comparaison.
Autant l’une m’a furieusement rappelé Hong-Kong,
mélange de dynamisme, d’influence occidentale et autochtone,
confrontation d’un modernisme pas toujours très propre
et d’un passé rangé au banc de l’exhibition touristique.
Autant l’autre respire le petit trafic, la pauvreté, voir la misère, …
Ville dangereuse surveillée par une police inerte,
population noir, ambiance de Caraïbes,
infrastructures délabrées,
architecture coloniale envahie par la végétation tropicale,

Mais peut-être la saison des pluies
accentuait-elle subjectivement cette impression
glauque et fascinante.

Ce contenu a été publié dans Panama, PHOTOS, TEXTES. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

11 réponses à Colon – ambiance

  1. Maugey dit :

    Je n’ai point besoin d’aller voir..mais je me méfie des trolls qui sous convert d’occuper une fonction ou attitude, utilise le verbe et la provocation à des fins personnelles. Au final cela ressemble à de la censure. Merci en tout cas de cette précision. Bien à vous, Cher Guillaume.

  2. guillaume dit :

    Maugey allez voir ce que signifie le mot « troll »…

  3. marie D dit :

    Ben dites donc, je pensais pas déclencher tout ça!! au moins ça fait débat le ciné!! et anime un peu ce blog, que je trouvais triste, enfin pas très animé..même si les photos sont bien. Et, pis merci à mag d’être sincère avec ses mots a elle (ça me choque pas pétainiste ou pompiériste)et d’avoir pris le temps de faire ça, pour me répondre. Depuis je suis allée voir « parlez moi de la pluie », vraiment bien! je vous le conseille.

  4. Maugey dit :

    Désolé cher Monsieur, mais pourrais-je savoir que représente pour vous un blog (worlpress) utilisé à bon escient?
    Pour moi, c’est avant tout un espace de liberté ouvert aux échanges en différentes langues abordant divers sujets avec la sémiotique de son choix.

  5. guillaume dit :

    moi j’ai pas vu le film, mais avec une « critique » utilisant les mots: »film pétainiste », « dictateur », »pompiersite »…je n’ai qu’une chose à dire « Marc, vite des photos, on utilise ton blog à mauvaise escient »

  6. Pierre dit :

    suis aussi d’accord avec toi, bien vu cette critique:film fabriqué, pur produit qui flirte avec des grands noms (moi aussi, je suis allé le voir car ya pas grand chose à se mettre sous la dent et toutes les critiques étaient bonnes) et un réalisateur qui revendique un statut d’auteur tout en adaptant les idées d’autrui! mais ma parole ce site devient pertinent..alors mag, tu nous dit les films que tu as aimé?ça m’interesse. PC

  7. Maugey dit :

    Superbe critique !! Bravo ma belle..
    Moi, j’ai vu ce film avec Femme, enfants et petits enfants et c’est vraiment mon ressenti : un cinéma qui en copie un autre, « film d’atmosphère » est le terme exact, juste gentillet! et ma femme recherchait sa ressemblance, mais oui c’est ça avec ce film formidable de Duvivier ‘la belle équipe’.

  8. mag dit :

    Marie,
    Je suis ravie de lire que tu as choisi ton film toute seule et que cette sélection te convienne !
    Et comme tu sembles revendiquer un auditoire, je te réponds :

    « Non, je n’ai pas vu le film : Faubourg 36, qui à mon avis était le plus mauvais des 4 films.. et je n’irai pas le voir !
    Pourquoi ? car après le succès des Choristes, l’auteur (Barratier), nous refait la même recette, un film pétainiste rampant (comme « Les enfants du marais » également), film “néoclassique”, sorte de comédie musicale qui affiche les signes extérieurs du cinéma “réaliste poétique”, mais qui en ressent davantage la nostalgie que la nécessité.
    Sa recette, est simple : film d’atmosphère” en quête d’un grand cinéma français idéal et perdu, le film mélange avec intelligence les intrigues de La Belle Equipe de Julien Duvivier, du Crime de Monsieur Lange de Jean Renoir et disons Footlight Parade de Lloyd Bacon.
    Après les ingrédients sont simples, on ajoute de bons français, des plus bankable du moment :
    Jugnot (qui nous fait tjs le rôle du gentil cocu comme Bernard Blier en joua tant), Cornillac (en clone de Jean Gabin) et Merad (à la fois Julien Carette, Aimos et Jean Tissier).
    Puis sous la table du salon, on sort l’annuaire des Best, cad : des pointures, donc on tél au Chef opé américain (c’est tjs mieux qd c’est ‘made in’) Mister Tom Stern (celui d’Eastwood) et qd ce dernier à dit « ok, suivi de chiffres ..) on env un mail, au Best Décorateur de…
    Puis rincer sous eau froide, en ajoutant des flonflons, de la valse musette et de l’accordéon (gros et lourd public) et vous on aura au four un « Faubourg 36 » tout chaud ! plein de bons sentiments et de coups de théâtre étouffe-chrétiens, qui vaudront bien un jour un oscar à son auteur (remember La Môme et sa “French nostalgy”)…

    Après on assure la promo (maintenant c’est simple, il suffit juste d’aller voir 2 Dictateurs du petit écran: Drucker et Durand) et il nous raconte, ses errances, souffrances, afflictions dans ses choix d’AUTEUR
    Car c’est là le truc magique, c’est que le petit réalisateur Français veut être reconnu comme un GRAND AUTEUR, et il le veut tellement fort, qu’il nous parle de ses choix, son style et ses thèmes. Hélas, être un auteur ne protège pas de la médiocrité et du pompiérisme.
    On voit bien là avec quelle ironie, combien tout réalisateur de cinéma français, même quand il ne revendique en rien l’héritage de la Nouvelle Vague (ou de la politique des auteurs) n’a au fond qu’un seul but : être un “Auteur”, donc avoir sa patte (alors que c’est seulement son 2e long métrage), son écriture (scénar qui part des écrits de F.Thomas et de Wagner)
    Hélas, être un auteur ne protège pas de la médiocrité et du pompiérisme.
    N’est pas Marcel Carné qui veut, avec son lyrisme rimbaldien et sa mélancolie et la noirceur tenaces qui irriguaient ses films ni cette magie du décorum qu’avait un Alexandre Trauner. »
    Bien à toi

  9. marie D dit :

    Ah et puis aussi, j’allais oublier: Allez voir FAUBOURG 36, c’est un film Français superbe, joli film musical, qui raconte l’histoire de trois chômeurs qui tentent de faire revivre une salle de music-hall..très bien joué!!
    Désolée pour le blogeur Nad, c’est vraiment bien?? tu l’as vu??

  10. marie D dit :

    Pas de lien entre vos photos, juste la couleur qui est là.. mais presque sans âme ! Dommage
    Bon courage a vous

  11. Anne K. dit :

    Où sont les femmes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *