Les « mochileros »

C’est ainsi que l’on appelle ceux qui n’arriveront jamais à comprendre
(ou admettre, mais ceux-là sont encore plus dangereux)
que Régis Debré ait « donné » leur Che idolâtré en Bolivie
par un beau matin d’octobre ’67.
C’est juste humain, le contexte ne l’était pas!
.
C’est ainsi que l’on appelle ceux qui lisent encore
la prose de notre cher Ignacio Ramonet.

Je balancerai bien encore deux ou trois noms,
mais vous penseriez que je règle des comptes.
Deux têtes de turcs suffiront et ceux-là, vu l’âge,
ils ne seront plus dangereux longtemps.

C’est ainsi que l’on appelle …
toutes ces hordes d’occidentaux qui débarquent sac à dos
(mochila : sac à dos), sous couvert d’ONG douteuses,
ou tout simplement pétris de naïfs bons sentiments.
Qui débarquent dans ces niches de politiques expérimentales
pour s’immerger dans des utopies qui ressemblent plus à leurs idéaux
qu’à la politique de leurs gouvernements de tutelle.

Ils repartent, quand ils ne sont pas kidnappés par leur propre élan
ou par des factions mafieuses, comme ils sont arrivés.
Leurs irascibles convictions renforcées ou ébréchées,
ils n’auront de toute façon pas le courage de reconnaître
leur erreur ou leur naïveté.
Et ils retraverseront l’Atlantique ou le Pacifique
avec la légitimité d’avoir vu, d’avoir vécu

Dites! Vous ne voulez pas les garder chez vous?

Ce contenu a été publié dans TEXTES, Venezuela. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Les « mochileros »

  1. guillaume dit :

    tout à fait d’accord avec toi Michèle…

  2. Michèle dit :

    Je rejoins Guillaume !
    Sinon je vous trouve tous plutôt durs ! faut pas tout confondre ! c’est fou le nombres de gens qui voyagent et critiquent systématiquement les autres « voyageurs » sous prétexte qu’eux lorsqu’ils voyagent ne sont pas comme les autres … Ces derniers temps c’est un sujet récurrent sur un tas de blogs !
    Tout dépend de l’état d’esprit…
    Quant aux ONG, certainement existe-t-il des gens responsables, qui savent oeuvrer et rester discrets…

  3. Dul dit :

    J’suis d’accord avec le Guillaume sur ce coup :).

  4. emi dit :

    En tout cas on en voit plein les blogs et c’est sûr que vu leur manière de voir les choses, rétrécie et derrière un solide filtre d’égocentrie, de naïveté et de prétentions décalées, ils feraient mieux de rester chez eux.

  5. guillaume dit :

    moi, je n’aurai pas fait cette traduction pour « mochilero »…c’est plutôt des jeunes voyageurs, des routards comme on dit par chez nous…pas forcement des jeunes qui font dans le « social exotique » ou l’humanitaire à deux balles…
    Enfin, c’que j’en dis moi…

  6. marc dit :

    Coluche appelait cela une génération spontanée!!

  7. Patrick dit :

    non seulement ils ne les garde pas chez eux mais il y en a de plus en plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *