Petit retour en arrière (5) Pasto – Popayan

La route est étonnante.

D’Ipiales à Pasto, elle reste en altitude.
Une altitude peu sensible,
une altitude sans superlatif,
mais une altitude de cascades,
dans des infractuosités
ou majestueusement ouvertes sur des vallées encaissées,
une altitude de grandes courbes,
de magnifiques nivelés asphaltés proprement,
une altitude de vert et d’arborescence.

De Pasto à Patia,
la route descend très progressivement.
les vallées se creusent encore
si elles pouvaient.
La végétation paradoxalement se raréfie.
Montées et descentes se succèdent avec plus de vertiges.

De Patia à Popayan,
Le paysage se tranquilise.
Les perspectives s’élargissent.
L’asphalte est plus rectiligne.
La flore retrouve ses couleurs équatoriales.

De Popayan à Cali,
La route entre tranquillement dans cette immense vallée de Cauca
qui a donné son nom au département.
La canne à sucre commence.
La température reste idéale même la nuit.
La population recommence à vivre dehors.

Les alentours de Cali sont « occidentalisés »
avec des quatre voies,
des péages routiers,
des feux rouges,
des rond-points,
des embouteillages.
Certaines perpendiculaires rappellent la Louisiane
(à moins que la Louisiane ne me rappelle les alentours de Cali)
avec ses magnifiques arbres formants arches au-dessus de la voie.
On y retrouve les attelages de bestiaux.
Les deux roues font le gros de la circualtion.
Les 4×4 de luxe les côtoient.

Ce contenu a été publié dans Colombie, PHOTOS. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *