Un garage, c’est ça!!


Lui? il frime.
C’est le beauf.
Le vrai, le dur, le tatoué.
Un cousin quelconque de la famille.
Il vit aux Etats-Unis (à New-York, bien sûr!).
Quand il rentre, il est le roi.



Lui? il bosse.


Lui? il le regarde bosser.


Lui? il m’a rendu un garde-boue « comme neuf ».


Lui? il n’a jamais voulu que je paie!

Ce contenu a été publié dans Equateur, PHOTOS. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Un garage, c’est ça!!

  1. Maugey dit :

    En effet, c’est un de ses plus beaux textes, à mon sens pas vraiment choisi au hasard (n’est-ce pas magali?), puisque Mário de Andrade et Aimé Césaire étaient de grands amis, engagés dans les mêmes combats raciaux tout en dévoilant les cultures Antillaise et Brésilienne par l’emploi des champs ‘poétique’, ‘dramatique et romanesque’.
    C’est ainsi, que le Brésil, l’Argentine, les Etats-Unis, le Congo et Haïti, « où la négritude se mit debout pour la première fois », sont comme des laboratoires de racisme et de colonialisme, dont les modèles de développement se basent sur des inégalités. Noirs, blancs, indiens et métis, leurs personnages rivalisent entre la science, la technologie et la nature, auxquelles s’allie la pensée magique, tant amérindienne qu’africaine et européenne, établissant ainsi un conflit et une dépendance mutuelle et paradoxale.
    Au coeur de ce chaos, Césaire nous a permis de définir les identités culturelles Brésilienne et Antillaise. Axel Maugey

  2. Charpentier dit :

    WouAAAAAhh s’est super beau, je ne savais pas qu’il écrivait comme sa!! merci l’ami de nous faire découvrir ce poête black, ya pas trop de lien avec l’équateur ou le Sud mais c’est trop top.

  3. Mag dit :

    Ecoutez le monde blanc
    horriblement las de son effort immense
    ses articulations rebelles craquer sous les étoiles dures
    ses raideurs d’acier bleu transperçant la chair mystique
    écoute ses victoires proditoires trompeter ses défaites
    écoute aux alibis grandioses son piètre trébuchement
    Pitié pour nos vainqueurs omniscients et naïfs !

    Aimé Césaire (1913 )

  4. Roberto dit :

    Alors tu n’auras plus ta petite bavette rouge ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *