Inventaire

Je pars
Je retrouve
L’odeur des cierges à proximité des églises
De l’encens, le portail passé
Du feu qui grille le poulet, la truite
De la fleur d’oranger depuis Cafayate
De la canne à sucre depuis Pisco
Des forêts d’eucalyptus depuis Huancavelica
Des usines à poissons sur la côte
Des décharges à proximité des agglomérations
Le bruit incessant
Pire, une véritable pollution sonore
La pauvreté violemment omniprésente
La richesse
Culturelle
Historique
Humaine pour le moins
Economiquement plus perturbante ici qu’ailleurs
Pas un été, pas un hiver,
La saison des pluies
La gentillesse, la simplicité, la curiosité des rencontres
Le charme latin
La noblesse andine
Les séquelles de la colonisation espagnole
Les paysages sauvages à la grandeur du continent
Les paysages agricoles à échelle humaine
Les villages traversées
Les villes contournées
Les villes explorées
Les
Les petits métiers oubliés
Les boutiques qui vendent tout et n’importe quoi
Rien souvent
Les marchands ambulants
Les vendeuses en bord de route
Les gamins qui jouent à la marelle sur la route
Les costumes traditionnels
Les cochons qui fouillent le bitume
Les ânes et chevaux qui signalent la richesse du village
Les chèvres qui traversent
Les batailles de chats en pleine nuit
Les chiens errants qui traînent en bande
Qui attaquent les pneus
La piste
Les trous dans la chaussée
Les déviations poétiques
La route rythmée par les camionnettes de la police
Les condors, taureaux, et les mineurs statufiés sur la place principale
Les bustes de San Martin ou Bolivar
Je reprends la route
Je remonte.

Ce contenu a été publié dans Pérou, Petites notes personnelles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *